parent séparé : gérer l'interminable séparation de l'été
Parent séparé

Parents séparés : ces interminables semaines d’été sans les enfants

Que nos enfants vivent en garde alternée ou majoritairement chez nous, les vacances d’été, les plus longues de l’année, donnent lieu à une coupure de plusieurs semaines. Une séparation difficile, ressentie comme interminable pour certains parents séparés qui redoutent plus que tout ce mois d’été. Comment passer le cap du départ et surmonter cette longue séparation avec les enfants ? Les conseils de la psychologue Dominique Mazin.

Les Nichées : Les vacances des enfants sans nous, l’été, peuvent être une source de stress, voire de souffrance des semaines à l’avance. Peut-on se préparer à cette séparation ? Faire baisser son stress par anticipation ? Et si oui, comment ?

Dominique Mazin : Oui, on peut s’y préparer et je dirais même qu’il vaut mieux préparer ces semaines ! Mon conseil : se faire un programme… d’hyperactivité ! Surtout si l’on sait que la séparation va être difficile, il faut préparer à l’avance une foule de choses à faire qui vont éviter que l’on reste à penser aux enfants, voire à pleurer… Parce que oui, un mois sans voir ses enfants, c’est long, c’est très difficile et il est tout à fait possible de rester un mois sans rien faire, à attendre. Mais ce n’est pas souhaitable. L’idéal est de renverser notre perception. Se dire que cette coupure, on peut en profiter, aussi ! Par exemple, en tirant parti du fait que, comme on est tout seul, on peut se consacrer à des activités que l’on ne fait pas habituellement avec ses enfants. Aller voir une vieille copine, visiter une exposition ou voir un film qui n’intéresserait pas les enfants… Bref, profiter de cette liberté d’être sans les enfants. Car c’est aussi une liberté, même si ce ne sont pas les meilleures conditions, bien sûr. Mais pour cela, il faut se préparer en amont, pour ne pas rester seul.e quand les enfants partent et éviter que leur départ fasse trop mal.

Pourquoi recommandez-vous d’anticiper ce programme ? Pourquoi ne pas se laisser porter par ses envies sur le moment ?

Dominique Mazin : Pour plusieurs raisons. Parce qu’un programme à l’avance permet de faire le point sur ses envies, de prendre le temps de se reconnecter à ce qu’on n’a pas le temps de faire le reste de l’année mais qui nous fait du bien. Ensuite, parce que préparer ces activités à l’avance, penser aux copains que l’on va retrouver, etc… tout cela permet de se réjouir du programme à l’avance, et de ne pas seulement penser à la séparation à venir. L’angoisse de la séparation peut vraiment engendrer un gros stress et un gros chagrin. Et au moment de la coupure, cela peut être très difficile pour certains parents. Ils peuvent ressentir une baisse d’énergie, une grosse déprime, un sentiment d’abandon, voire de l’angoisse. Cela peut entraîner une impossibilité de bouger, de se mettre en mouvement. Surtout si l’on n’a rien prévu dans notre emploi du temps. L’idéal ? Avoir déjà un billet de train en poche au moment de leur départ… Ou le pot de peinture pour refaire les murs, si on ne part pas mais que l’on a prévu de faire un peu de déco ! Bref que le programme soit prêt. Que l’on puisse se lancer sans trop réfléchir, sans trop se forcer.

Souvent, après le départ des enfants, on peut se sentir vide… Et très fatigué.e par la fin de l’année. En profiter pour simplement souffler et se reposer, ce n’est pas une bonne idée ?

Dominique Mazin : Bien sûr qu’il est tentant de se dire « Enfin tranquille, je vais pouvoir dormir ! ». Et les premiers jours, c’est bien normal d’avoir envie de se poser, de se reposer. Mais attention à ce fantasme de « enfin du temps pour moi » qui peut se transformer assez rapidement en grand vide. Au bout de quelques jours, on peut facilement être rattrapés par la tristesse ou le chagrin liés à l’absence.

Surtout, il est dommage de ne pas profiter de ce temps à soi pour se dire « je vais pouvoir me pencher sur mes besoins, mes vrais besoins, pas ceux de mes enfants. » Il y a toujours des choses auxquelles on renonce pour nos enfants. Par exemple, ce peut être un bon moment pour amener un peu de changement dans notre vie : s’échapper quelques jours ou retaper sa maison… Certains vont être au contraire tentés de travailler deux fois plus sans leurs enfants… Pourquoi pas ! Mais je leur conseillerais de se préparer un programme de soirées et de week-ends réjouissants. Pour qu’ils n’oublient pas de se faire plaisir. Il ne faut pas que ces semaines sans enfant deviennent une punition… Une double peine, en quelque sorte !

Que peut-on faire quand on se sent angoissé par le fait que nos enfants soient loin de nous. Leur donner un portable, les appeler fréquemment, est-ce vraiment une bonne idée?

Dominique Mazin : Souvent ce ne sont pas les parents qui manquent à leurs enfants, mais le contraire. Nous avons souvent tendance en tant que parent à projeter notre propre peur sur nos enfants. S’ils ne demandent pas à nous appeler, leur téléphoner trop régulièrement peut même aggraver l’angoisse des petits. Que vont-ils se dire ? « Si maman appelle tout le temps pour savoir si je vais bien, : c’est qu’il y a des raisons que ça ne se passe pas bien. J’ai raison d’avoir peur : il pourrait bien m’arriver quelque chose. »

Sans compter que leur demander trop régulièrement si ça va bien, s’ils s’amusent bien, etc… peut réactiver le conflit de loyauté. Un enfant qui sent que son parent resté à la maison ne va pas bien en son absence va avoir bien du mal à lui dire qu’il s’amuse bien. Cela risque même de l’empêcher de profiter de ses vacances sereinement. Certains enfants peuvent s’empêcher de profiter des vacances avec l’un de ses parents s’il a l’impression de trahir l’autre.

Cela peut donner lieu à de grandes incompréhensions : un enfant qui demande à appeler tout le temps son autre parent n’est pas forcément malheureux en vacances, c’est souvent qu’il s’inquiète pour le parent resté seul à la maison, qu’il peut imaginer en train de se morfondre sans lui. Inversement, un enfant qui ne nous appelle pas quand il est parti avec son autre parent, c’est plutôt très bon signe. Il est serein dans ce qu’il vit, et il est serein sur notre état à nous.

Faut-il alors leur cacher notre tristesse à l’idée de passer tout ce temps sans eux ? Il n’est pas toujours évident de masquer ce que l’on ressent au moment des au revoir…

Dominique Mazin : Les enfants ont besoin de savoir que leur parent va bien. Mais ça ne veut pas dire que les parents n’ont pas le droit de montrer leur tristesse… L’important est d’expliquer aux enfants que bien sûr, vous avez du chagrin sur le moment mais que vous avez un super programme pendant qu’ils partent un vacances et que vous allez faire plein de choses qui vous enthousiasment.

Il faut montrer ces deux aspects (« je suis triste mais après ça va aller, ça va même être chouette »), car lui aussi va ressentir la même chose. De la tristesse à vous quitter mais ensuite, l’envie de profiter de ses vacances. S’il voit que son parent ne prend pas de plaisir en son absence, il ne va pas oser se réjouir de ses vacances. Au contraire, s’il voit son parent passer par ces deux phases, il va se dire que c’est normal… Et il va s’autoriser ces sentiments. Ce qui n’est pas évident : les enfants ont du mal à gérer les émotions ambivalentes (tristesse de quitter l’un et joie de retrouver l’autre notamment). Ça les rassure de voir que les parents ont les mêmes contradictions.

C’est pour cela que les parents ne devraient pas culpabiliser de dire à leurs enfants qu’ils vont en profiter du temps de leur absence. Cela les autorisera au contraire à vivre pleinement leurs vacances… même loin de vous !

Mon enfant ne me raconte rien de ses vacances !
« Oui », « Non », « Je sais pas », « Je me souviens plus »… Quel parent n’a jamais connu la frustration de voir son enfant refuser de lui raconter ce qu’il a vécu loin de lui. Que ce soit une journée d’école ou les vacances avec leur autre parent, une chose est sûre, nous dit la psychologue : « S’ils ne racontent pas, c’est normal ! Les jeunes enfants n’aiment pas raconter. Ce n’est pas parce qu’ils veulent taire ce qu’ils ont vécu, ou vous cacher des choses. C’est simplement parce que les enfants vivent le temps présent. Donc parler du passé, ça ne les intéresse pas du tout ! Plus tard, par association d’idées, ils pourront vous raconter spontanément un événement, une anecdote, un souvenir… Mais souvent, c’est tout. A nous d’accepter de ne pas tout savoir de leur vie quand ils ne sont pas avec nous. »

Journaliste depuis plus de 20 ans, ancienne rédactrice en chef de Psychologies.com, je m'intéresse depuis toujours aux questions familiales et la psycho au sens large. Je suis moi-même mère et belle-mère et partage ici les meilleurs conseils d'experts pour vivre le plus sereinement possible le quotidien de parent séparé, que vous viviez en famille monoparentale ou recomposée.