Conseils pour se préparer à vivre en famille recomposée
Heureux ensemble

5 conseils pour vous préparer à la vie en famille recomposée

C’est décidé, vous avez tous les deux envie d’habiter ensemble et vous avez prévu de sauter le pas bientôt ? Reste à décider quand, où, comment… Pas mal de questions, et d’espoirs aussi, vous attendent pour vos premiers jours en famille recomposée. Comment s’y préparer psychologiquement ? Comment en parler aux enfants ? Voici les conseils d’Elena Goutard, coach parental et auteure de Mon P’tit Cahier Nouvelle tribu pour partir du bon pied, tous ensemble.

1- Prenez votre temps !

C’est peut-être le conseil le plus difficile à entendre tant on a souvent envie d’habiter avec son amoureux.se… Pourtant, vouloir réunir les familles trop vite peut être périlleux.

L’explication de la coach : “Par définition, la famille recomposée est faite de personnes qui ont déjà eu un vécu en couple ou en famille. Un vécu différent, souvent accompagné d’un échec et des plus ou moins grands traumatismes qui vont avec. Donc cette famille recomposée, souvent, on veut à tout prix la réussir. Comme pour se rattraper. Mais brûler les étapes en sautant le temps nécessaire à chacun pour se reconstruire ou le temps nécessaire au couple pour se connaître et se mettre d’accord sur la vie qu’ils veulent vivre ensemble, c’est risqué. On va se précipiter sans avoir eu le temps de bien préparer les enfants et en idéalisant un peu la relation et la vie qui nous attendent. C’est dangereux car harmoniser les vécus de chacun est difficile et les premières frustrations peuvent arriver très vite, dès les premiers mois de vie commune. Car souvent, on n’a pas eu le temps de bien se connaître (pas seulement comme deux amoureux, mais aussi dans nos envies futures, dans notre souhait de fonder une nouvelle famille) et que l’on a projeté trop d’attentes dans la famille recomposée.”

Le conseil de la coach : “Avant de sauter le pas, posez-vous les bonnes questions. Même celles qui fâchent. Parlez en couple de l’éducation, de vos valeurs et d’argent. C’est un sujet tabou mais central. Qui paie pour quoi ? Pour qui ? Quelle répartition ? Ces réflexions en amont sont indispensables.

De la même manière, prenez le temps d’annoncer ce changement aux enfants et de les préparer doucement une fois que vous êtes sûrs de vous. Attention là encore à ne pas le faire trop tôt, si vous hésitez : les enfants s’attachent vite et des enfants qui viennent de traverser une première séparation peuvent être particulièrement sensibles.” 

2- Posez-vous sérieusement la question de où vous allez habiter tous ensemble

Dans un monde parfait, les couples qui décideraient d’habiter tous ensemble se mettraient à la recherche d’une grande et belle maison – une nouvelle maison pour une nouvelle vie ! –  où chacun aurait sa chambre et où tout le monde pourrait conserver les meubles et objets qui leur sont chers. Dans la vraie vie, cela se passe rarement ainsi et les contraintes financières pèsent sur les choix qui s’offrent aux couples et à leurs enfants. Ce qui demande quelques adaptations et un peu de préparation.

L’explication du coach : “La grande question est : “Qui aménage chez qui ?” Car il peut y avoir de l’inconfort des deux côtés. Vous allez habiter chez lui ? Lui et ses enfants vont garder leurs repères alors que de votre côté, vous risquez de vous sentir un peu comme des invités. Il vous sera peut-être plus difficile de trouver vos marques et de vous sentir chez vous. Il leur faudra alors sans doute prévoir de faire un peu de place et d’envisager ensemble quelques réaménagements pour que vous puissiez vous approprier les lieux et vous sentir “à la maison”..

Mais ceux qui restent dans leur maison vont, eux, devoir “se pousser” pour vous accueillir. Ils vont devoir changer quelques habitudes, libérer des placards, parfois partager une chambre, accepter une nouvelle déco… Et ils peuvent vite se sentir envahis, ne plus vraiment reconnaître ou se sentir à l’aise dans cette maison qui n’est plus seulement la leur.”

Le conseil de la coach : “Pour que les enfants se sentent bien, mieux vaut les impliquer un minimum dans l’aménagement de la nouvelle maison. A partir de 4-5 ans, on peut faire des petites réunions de famille pour en discuter tous ensemble. Les questions à aborder : quels objets, quels repères importants pour eux veulent-ils garder ? Comment voient-ils la répartition des chambres : avec leur frère/soeur ? Les filles d’un côté, les garçons de l’autre ? Les petits ensemble et les grands ensemble ? Ensuite, aux adultes de trouver des compromis et de revoir l’organisation si cela “ne fonctionne pas”, si les enfants ne sont pas bien. Il n’est pas rare de devoir revoir l’organisation de la maison et des chambres à plusieurs reprises avant de trouver la bonne, celle qui convient à tout le monde.”

3- Tablez sur une organisation totalement différente

Que ce soit en couple avant la séparation, quand vous viviez en mode monoparental avec vos enfants ou encore seul.e si vous étiez célibataire jusque-là, vous aviez trouvé votre rythme, votre organisation. Vous pouvez désormais vous préparer à l’oublier. La famille recomposée change complètement l’équation et mieux vaut s’y préparer !

L’explication de la coach : “L’organisation d’une famille de “première génération” (une famille originelle, qui n’a pas vécu de séparation) n’a rien à voir avec celle d’une famille recomposée. Dans cette dernière, il faut compter sur le rythme de la garde (ou des gardes quand il y a des enfants du côté de chaque partenaire), sur des différences parfois importantes dans l’alimentation des uns et des autres, sur une gestion du budget complètement nouvelle (avec des frais partagés, de nouvelles dépenses, des versements aux ex aussi parfois). De manière générale, plus il y a d’enfants dans la tribu, plus le quotidien s’alourdit… Mieux vaut s’y préparer et y préparer les enfants pour éviter de trop l’effet de surprise.”

Le conseil de la coach : “Il existe des outils qui aident à s’organiser et qui allègent un peu la charge mentale. Parmi eux, le planning partagé de la semaine, le semainier des gardes et des trajets… Il existe aussi des applis, comme Share(d), conçus pour centraliser toutes les informations et faciliter la communication, que ce soit sur le planning, les gardes que les dépenses. L’idéal est d’arriver à se mettre d’accord, bien en amont, sur qui s’occupe des enfants quand, pour quel type d’activité. Cela permet d’éviter les mauvaises surprises et d’apporter de la visibilité à chacun. Y compris aux enfants qui eux aussi, ont besoin d’être préparés. Pour qu’ils ne se sentent pas perdus, il est important de leur expliquer comment les choses vont se passer. Très concrètement, leur dire et leur répéter qui vient chaque jour les amener ou les récupérer après l’école ou aux activités. Avec qui ils vont faire les devoirs, quel jour ils repartent avec papa ou maman. Ne pas hésiter à créer avec eux un semainier très visuel qui va les aider à se créer de nouveaux repères.

A lire pour faire le plein de conseils pratiques quand on se lance dans l’aventure de la recomposition :

Mon P’tit Cahier Nouvelle Tribu, d’Elena Goutard, Solar Editions

4- Evitez de vous mettre (trop) la pression

Facile à dire ? Oui ! A faire, on est d’accord, moins. Mais cette famille recomposée, souvent famille de la deuxième chance, vous avez envie qu’elle marche. Que tout le monde soit heureux, que ce soit même une revanche sur l’échec précédent. Sauf que l’on peut s’épuiser à vouloir trop bien faire et surtout, même en vous transformant en “Chief Happiness Officer” de la nouvelle tribu, vous ne pourrez forcer tout le monde à partager votre enthousiasme et à se sentir bien sous le même toit. 

L’explication de la coach : “La meilleure posture pour se lancer dans une famille recomposée ? Eviter d’idéaliser à outrance ou d’être trop naïf concernant votre future nouvelle vie… Mais tout en restant optimiste et positif ! Oui, au début, vous risquez de rencontrer quelques galères, les ajustements vont être nombreux, le temps risque de manquer… Disons-le clairement : il y a des chances pour que rien ne se passe comme prévu. Mais c’est normal et ce n’est pas grave. C’est le lot de toutes les familles recomposées ! Evitez de tirer des conclusions hâtives, ne baissez pas les bras… Ça va aller !”

Le conseil de la coach : “Laissez le temps au temps. C’est simple, mais je le dis souvent, tout prend plus de temps dans les familles recomposées. Parce que vous faites face tôt ou tard à toutes les problématiques propres aux familles (les chamailleries entre enfants, les désaccords entre parents, la course contre la montre du quotidien), mais le fait de venir d’horizons différents fait que tout prend plus de temps à se résoudre. Les solutions mettent un peu plus de temps à être trouvées et à se mettre en place. Ce n’est pas grave, ne désespérez pas. Le temps est de votre côté.”

5- Imaginez de nouveaux rituels, tous ensemble

Une famille, ce n’est pas seulement des gens qui vivent sous le même toit. Ce sont surtout des gens qui partagent un quotidien (avec les mauvais moments mais aussi les bons). Quand ce n’est pas le sang qui unit tout ce petit monde, ces bons moments partagés sont encore plus importants. Parce qu’ils sont l’occasion de se connaître, de s’attacher, de créer des souvenirs communs… Bref, de faire famille !

L’explication de la coach : “Les temps d’échange permettent de nourrir des relations encore très récentes quand on est au début de la famille recomposée. La relation qui va se créer entre un adulte et ses beaux-enfants est d’autant plus importante que c’est elle qui va faire que l’adulte va devenir un repère dans leur vie. Il ne peut y avoir de légitimité (notamment en matière d’autorité) que si une relation de confiance et de complicité a d’abord été créée.

Mais ces temps sont importants aussi entre enfants. Car plus l’attachement est fort entre les petits, plus ils se montreront généreux, plus ils s’entraideront. Et plus la vie tous ensemble sera facile.”

Le conseil de la coach : “Balade du week-end, soirée apéritif ou dessins animés, un moment de jeu le soir… ce qui est important, c’est de ritualiser ces temps-là. Déjà parce que cela nous empêche de les oublier ou de les manquer à cause d’un quotidien trop chargé. Et surtout parce que cela donne un repère à chacun dans son emploi du temps. C’est très souvent un moment que les petits vont attendre avec impatience… En général, ils adorent les rituels !” Et il n’est pas rare que les parents, eux aussi, se prennent au jeu !

A lire aussi sur Les Nichées

Familles recomposées : pourquoi vous créer de nouveaux rituels est essentiel

Ça y est, vous habitez tous sous le même toit ? Dans votre nouvelle organisation, avez-vous pensé à garder du temps pour de nouveaux rituels ? Ces temps réguliers et joyeux, passés tous ensemble, sont vos meilleurs alliés pour vous aider à “faire famille”. Elena Goutard, coach parental, vous dit pourquoi et comment les intégrer durablement dans votre quotidien.

Journaliste depuis plus de 20 ans, ancienne rédactrice en chef de Psychologies.com, je m'intéresse depuis toujours aux questions familiales et la psycho au sens large. Je suis moi-même mère et belle-mère et partage ici les meilleurs conseils d'experts pour vivre le plus sereinement possible le quotidien de parent séparé, que vous viviez en famille monoparentale ou recomposée.

Ne manquez pas nos prochains articles !

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières news des Nichées dans votre boîte mail !