Heureux ensemble

Les 5 clés d’un couple fort pour une famille recomposée durable

Si chaque famille a son histoire, celle des familles recomposées est souvent un peu plus complexe que les autres. Pourquoi ? Parce que l’un voire les deux membres du couple ont déjà fondé une famille et peuvent avoir l’impression d’avoir échoué. Parce qu’il y a la peur de croire à nouveau dans le couple, de “se planter” à nouveau. Aussi parce qu’il y a les enfants au milieu. Quels sont dans ce cas les fondations d’une relation stable en famille recomposée ? Quelles sont les comportements et l’état d’esprit qui favorisent la durée ?

Conseils et exemples pour partir du bon pied, durablement.

1- Définissez ensemble un projet de couple, comme base de votre famille recomposée

S’aimer, c’est regarder dans la même direction, dit-on. Mais quand la vie et les tracas du quotidien s’imposent, il n’est pas toujours évident de se rappeler cette direction et encore moins d’astreindre à la couver du regard à deux. Elaborer à deux un projet de couple, c’est discuter et choisir ensemble “le point de focale”. Ce vers quoi on veut aller et surtout, comment on veut y aller. C’est l’occasion rêvée aussi de faire le point sur vos valeurs, vos aspirations pour l’avenir.

Mais attention, définir un objectif commun – la fameuse direction – ne fait pas tout. Encore ne faut-il pas oublier le but en chemin et surtout, s’efforcer à petits pas de s’en rapprocher, de le concrétiser.

Mon conseil : vous avez tout intérêt à matérialiser ce projet de couple sous la forme que vous souhaitez car cela lui donnera une forme et quelque part, une “existence” bien réelle.  Cela peut être quelques mots sur une feuille de papier qu’on gardera soigneusement, un cahier d’écritures; une photo, etc. Et surtout faites en sorte que ce projet reste sous vos yeux pour ne pas l’oublier. Comment ? Encadrer la photo qui résume le mieux votre projet de couple, parlez-en régulièrement entre vous, etc… Ce sera un booster pour les jours où il sera tentant de regarder dans des directions divergentes.

2- Ne vous “fondez” pas entièrement dans la famille ou l’univers de votre partenaire. 

Bien sûr, une famille recomposée c’est d’abord des compromis et des recherches de “juste milieu” constantes pour faire cohabitudes 2 familles, 2 types d’habitudes très différentes. Mais n’abandonnez pas trop votre singularité, votre personnalité pour “matcher” celle de votre partenaire. Même – et j’ai presque envie de dire surtout – si vous êtes célibataire et que votre partenaire a des enfants. C’est alors facile de se dire que c’est à soi de s’adapter, que c’est plus simple (plutôt qu’aux enfants)… Mais c’est surtout plus dangereux pour vous qui risquez très vite de vous y perdre. 

Mon conseil : Ne perdez pas de vue vos amis, vos goûts, votre personnalité. Assumer les différences, l’humour aide beaucoup sur ce point à faire passer quelques divergences ! Même si ça “grince” un peu au début, même si cela peut être inconfortable au début, tout le monde trouvera sa place sur la durée. Jouer les caméléons au détriment de sa propre identité est rarement, en revanche, une clé de succès sur la durée.

3- Choisissez de prendre soin de votre couple, pas seulement de votre famille

Vous le découvrirez bien assez vite : le quotidien avec des enfants – ou avec plus d’enfants si jamais chaque partenaire en a de son côté – peut prendre le dessus très vite. Et on a tôt fait d’oublier de chouchouter et préserver son couple. Le secret : garder du temps et – peut-être plus dur encore – de l’énergie pour votre couple. Comment ? En programmant des moments sans enfant, en s’imposant des moments à deux pour se retrouver. Bref, on choisissant de manière très volontariste que votre couple doit rester une priorité.

          Voir cette publication sur Instagram                      

Une publication partagée par Les Nichées (@lesnichees)

Mon conseil : Osez, de temps à autre, vous faire passer en premier. Oui, vous, les parents ! S’accorder ce privilège est parfois encore plus dur en famille recomposée car les séparations et les recompositions s’accompagnent souvent d’une bonne dose de culpabilité vis-à-vis des enfants. Et puis le quotidien est parfois encore plus chargé qu’avant. Sans s’en apercevoir, on a vite fait de donner la priorité aux urgences, aux autres, à tout ce qui doit être fait. Que reste-t-il alors pour le couple ? Les miettes ! Souvent le peu de temps qui reste dans la journée, et le peu d’énergie de nos fins de journée. Attention spoiler : c’est rarement la recette parfaite et le moment idéal pour prendre soin de l’autre, de son couple, de son histoire d’amour. Osez vous donner la priorité, c’est une règle d’or des familles recomposées, comme des familles plus traditionnelles. Et vous verrez : toute la tribu en bénéficiera !

4- Réglez autant que possible les problèmes rencontrés au fur et à mesure dans votre vie commune

Une famille recomposée, c’est deux partenaires, des enfants, des ex… Bref, une source quasi intarissable de menues contrariétés et de grosses difficultés (organisationnelles mais surtout relationnelles). Il arrive donc souvent un moment où, lassés de devoir écouter des plaintes, trouver des solutions, s’adapter… on est tentés de mettre le problème “sous le tapis”. D’attendre demain pour le régler “car demain il fera jour”. De se dire que l’on n’a plus trop d’énergie là tout de suite pour aborder une question sensible avec son partenaire. Sauf que… sauf qu’immanquablement, les problèmes non-réglés et les non-dits s’accumulent en répondant au fameux principe de la “boule de neige”. Cela vaut aussi pour les petits agacements qui, non verbalisés, ont tôt fait de se transformer en avalanche de reproches et de récriminations

Mon conseil : parlez des problèmes qui surgissent tout de suite, avec bienveillance et sans parti pris. Et surtout essayez de régler les frustrations et les conflits au fur et à mesure pour éviter qu’ils ne prennent des proportions démesurées, que les rancoeurs s’installent. Alors souvent, il n’y a pas de solution miracle, pas d’issue rapide qui satisfait tout le monde. Mais écouter (sans juger) et discuter suffisent parfois à apaiser des conflits naissants car ils montrent qu’ils sont pris au sérieux, qu’ils sont importants aux yeux de toute la famille. Savoir écouter les émotions de l’autre, notamment, permet d’éviter des épisodes de tension émotionnelle qui viennent tôt ou tard perturber la vie de la famille (et mettent en péril une sérénité dont on a tous besoin).

Les bases d'un couple durable en famille recomposée

5- Acceptez le passé et les besoins de votre partenaire

Il n’est jamais tout à fait possible de faire table rase du passé (du sien comme de celui de notre nouveau partenaire). Mais les bagages que chacun amène dans la nouvelle histoire peuvent être plus ou moins encombrants. Pour certains, ce passé de l’autre peut être difficile à accepter (et donner lieu à quelques fantasmes…) et pourtant il sera souvent omniprésent dans votre nouvelle vie (que ce soit via des souvenirs dans la maison de l’autre, des remarques de l’entourage, ou tout simplement à travers les enfants que l’autre a eus de sa précédente union). Et il faudra bien l’accepter, ce passé, avec tout le “bagage émotionnel” qui va avec. Les espoirs, les peurs, les réflexes, les blessures… Tout cela va jouer sur le nouveau couple, qu’on le veuille ou non. 

Mon conseil : Cela semble évident mais parlez ! Discutez ! Aidez votre partenaire à vous  déchiffrer, à mieux comprendre vos réactions. Et n’hésitez pas à exprimer clairement vos besoins aujourd’hui, pour votre nouvelle relation, notamment ce que vous attendez de votre couple, de votre partenaire. Il ne s’agit pas de déballer une liste d’exigences en mode enfant gâté, mais d’expliquer ce qui est indispensable pour vous, pour bien vivre à deux aujourd’hui et construire demain ensemble. On l’oublie trop souvent : le mot “aimer” résonne différemment en chacun de nous et le sentiment amoureux, même très fort, n’a jamais empêché les malentendus, les incompréhensions, et parfois la mise à distance qui en découle. N’attendez pas de l’autre qu’il ou elle devine vos besoins ou vos difficultés : exprimez-les ! 

Bien sûr, il y a la pudeur et la difficulté à revenir sur une période parfois douloureuse. Et c’est vrai : il est souvent délicat et inconfortable d’aborder l’histoire de son couple “d’avant”. Que ce soit le fait qu’on ait aimé un.e autre avant ou les raisons qui ont sonné la fin du couple. Il est donc capital de ne pas se sentir jugé.e dans ces moments-là, chacun doit pouvoir faire preuve de la plus grande bienveillance pour accueillir l’histoire de l’autre. Par la force des choses, ce passé fait partie de la base sur laquelle se construit votre nouvelle relation. Comme le rappelait Chantal St-Hilaire dans son ouvrage “Divorce et famille recomposée, mode d’emploi” (Les éditions Québecor) : “Considérez votre bagage émotionnel et vos histoires personnelles comme une partie de la réalité dont vous aurez tous deux à tenir compte.” Faire comme si cela n’avait jamais existé n’est pas gage de réussite dans la duré…

Journaliste depuis plus de 20 ans, ancienne rédactrice en chef de Psychologies.com, je m'intéresse depuis toujours aux questions familiales et la psycho au sens large. Je suis moi-même mère et belle-mère et partage ici les meilleurs conseils d'experts pour vivre le plus sereinement possible le quotidien en famille recomposée.