Parent solo

2 résidences de coliving pour parents solos vont ouvrir en Ile-de-France en 2023

Le projet, unique au monde, s’appelle Commune. Son concept : des résidences mêlant habitat partagé et services mutualisés pour simplifier la vie des familles monoparentales, le tout à des tarifs tout-compris volontairement bas. Interview-découverte avec la co-fondatrice de Commune, Tara Heuzé-Sarmini. 

Pouvez-vous nous expliquer ce que sont les résidences Commune ?

Tara Heuzé-Sarmini : Commune est un concept de résidence de coliving pensé pour les familles monoparentales. Nous avons interrogé plus de 300 personnes et travaillé avec des architectes et des communautés de parents solos – l’équipe d’Olivia Barreau de l’association Moi et mes enfants et la communauté MamaBears en France et Belgique – pour identifier les espaces partagés et les services mutualisés les plus adaptés aux besoins particuliers de ces familles.

Commune, c’est donc des résidences d’habitat partagé qui vont se construire avec, d’un côté, des unités d’habitation individuelles constituées

  • d’au moins 2 chambres
  • d’une salle de bains privative 
  • et d’une kitchenette. 

Et de l’autre, des espaces partagés qui sont le cœur des Communes, avec 

  • une cuisine et une salle à manger, tout équipées et adaptées pour des parents et leurs enfants. Des espaces qui, en plus d’être des lieux fonctionnels, sont des lieux d’échange et de discussion. 
  • une salle de jeux polyvalente, sécurisée et sécurisante, pensée à hauteur d’enfants avec un jeu de cloisons phoniques pour séparer l’espace, afin de pouvoir accueillir de multiples activités. Elle peut, par exemple, se transformer en home cinéma le soir ou lors des week-ends pluvieux.
  • Une buanderie partagée.

Mais il peut y en avoir beaucoup plus selon les résidences : un jardin partagé, une cour intérieure, un rooftop… On peut imaginer demain une salle de sport ou des espaces de coworking… tout dépend du foncier qui va accueillir la résidence et des besoins des colivers. 

Et Commune propose également des services mutualisés…

Tara Heuzé-Sarmini : Effectivement. Dans tout projet de coliving, l’idée est d’avoir une offre tout-inclus – le prix va intégrer le loyer, les charges classiques (eau, électricité, chauffage) mais aussi les charges courantes de type Internet et ménage des parties communes. Mais vous aurez aussi accès à des abonnements (Netflix, Disney+, Sportify) et à tout un panel d’événements sportifs, festifs ou de networking, parce que l’on sait que les parents solos sont deux fois plus à risque d’exclusion sociale que les autres parents.

Enfin, nous intégrons aussi dans notre offre de base tout ce qui va être soutien scolaire et assistance juridique. Pourquoi ? Parce que nous savons qu’il y a une renonciation aux droits très forte parmi les parents solos, simplement parce qu’ils n’ont pas le temps ou trop de charge mentale pour engager des démarches.

Le soutien scolaire est aussi un point très important pour nous, car les enfants qui grandissent dans des foyers monoparentaux sont 1,5 à 2 fois plus à risque de difficultés scolaires ou de troubles du comportements que les autres enfants. 

Dernier point : en plus de ces services tout-inclus, nous offrons un certain nombre de services à la carte, disponibles sur place auxquels les parents peuvent décider, au mois le mois, de souscrire ou non. Cela va d’une offre de babysitting à un tarif très avantageux (qui revient aux parents à 5 euros de l’heure), à la préparation de repas, en passant par des activités extrascolaires, des cours de sport directement dans les résidences, des cours de langue et même une aide au déménagement.

Cette liste de services n’est pas exhaustive : nous allons continuer de co-construire notre offre avec nos colivers, en fonction de leur expérience.

Combien coûte cette offre tout compris pour un parent solo ?

Tara Heuzé-Sarmini : Deux résidences vont ouvrir fin d’année 2023, l’une dans le secteur Saint-Germain-en-Laye/Boucles de Seine à la rentrée, l’autre dans le secteur Paris-Est plutôt à la fin de l’année. Pour la première, les tarifs débutent à partir de 1190 euros, pour la seconde à 1390 euros. Le fait qu’on ne perde pas une miette de superficie et qu’on arrive à mutualiser beaucoup de services, nous permet de rester sur des tarifs tout compris compétitifs. 

Comment s’inscrire si on est intéressé ?

Tara Heuzé-Sarmini : Les pré-inscriptions sont ouvertes sur le site de Commune et nous avons déjà énormément de demandes. Mais nous savons qu’en tant que parent solo, il est difficile de se projeter à un horizon d’un an, encore plus quand vous ne connaissez pas l’adresse (nous n’avons pas communiqué encore sur les lieux précis), donc les écoles alentour, les transports… D’autres projets sont en cours et nos objectifs ambitieux : nous prévoyons d’ouvrir 500 résidences en 10 ans, partout dans le monde.

Si vous êtes intéressé.e, il faut remplir un formulaire de pré-candidature sur le site avec des questions assez basiques : votre situation familiale, où vous avez envie d’habiter, l’âge de vos enfants… Suite à cela, il y a un entretien avec une personne de notre équipe pour répondre à vos questions et vous expliquer précisément en quoi consiste le coliving. L’objectif étant de comprendre les attentes des un.e.s et des autres.

Ensuite, il y a aura un processus de candidature plus formel environ 4 mois avant l’ouverture des résidences, pendant lequel notre équipe recontactera tout le monde avec l’opportunité de visiter des unités témoins. Enfin, il faudra transmettre les éléments “classiques”, de type fiches de paie, carte d’identité…  

Tout le monde peut-il candidater ? Quelles sont les garanties demandées aux futur.e.s locataires ?

Tara Heuzé-Sarmini : Nous savons que c’est un vrai facteur bloquant et discriminant pour les familles monoparentales pour se loger, donc nous avons abaissé les conditions demandées, notamment les seuils financiers. Concrètement, nous demandons aux personnes qui postulent d’attester seulement 2 fois le montant du loyer en revenus, et non 3, et cela, tous revenus confondus (nous ne prenons pas seulement en compte les salaires). Par ailleurs, nous n’exigeons pas un emploi en CDI hors période d’essai.

La racine de Commune reste ce constat que la monoparentalité est le premier facteur d’appauvrissement en France et dans la plupart des pays de l’OCDE, avec une chute du niveau de vie qui peut atteindre 30% un an après la rupture. Parce que les parents solos vont être en concurrence avec des familles dites classiques ou des couples, qui vont présenter des dossiers plus rassurants pour les propriétaires, ils sont souvent forcés d’aller vivre plus loin, avec des implications sur le changement d’école, et souvent aussi, sur le changement du rythme de travail. Quand ils ne se retrouvent pas simplement dans des logements très très petits. C’est un cercle vicieux pro, perso…

C’est ce qui nous a convaincus de créer Commune. On voit notre offre comme une offre transitoire, pour que les mères et pères solos restent entre 1 et 3 ans chez nous le temps de se poser, de se refaire une santé financière et ensuite de voler de leurs propres ailes vers de nouveaux horizons. 

Envie de donner un coup de pouce au projet Commune ?

“Parlez de nous ! Notre principale contrainte est le foncier : nous sommes à la recherche de surfaces de 500 m2 jusqu’à 5000 voire 10000 m2… Si vous connaissez des personnes ou des structures  qui ont des biens qu’ils sont prêts à transformer en Commune avec nous, n’hésitez pas !”

Journaliste depuis plus de 20 ans, ancienne rédactrice en chef de Psychologies.com, je m'intéresse depuis toujours aux questions familiales et la psycho au sens large. Je suis moi-même mère et belle-mère et partage ici les meilleurs conseils d'experts pour vivre le plus sereinement possible le quotidien de parent séparé, que vous viviez en famille monoparentale ou recomposée.

Ne manquez pas nos prochains articles !

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières news des Nichées dans votre boîte mail !