Trouver sa place

Vous rencontrez ses enfants ? 10 conseils pour les nouveaux beaux-parents

Ca y est, c’est décidé : il ou elle va vous présenter ses enfants ! Ce tout nouveau rôle de beau-parent vous fait stresser ? Vous avez peur de ne pas savoir vous comporter avec ses tout-petits ou ses ados ? Vous vous demandez comment cela va se passer et comment faire autant que possible bonne impression ? Voici nos conseils pour mettre toutes les chances de votre côté lors des premières rencontres.

1- Ne pas précipiter la rencontre

C’est une étape importante dans une histoire d’amour et pour beaucoup, c’est un signe de confiance et une marque d’engagement. Il est donc normal que vous ayez envie de rencontrer ses enfants. Pour autant, mieux vaut prendre votre temps. Cela vous permettra d’apprendre à connaître votre amoureux.se en ne l’ayant “rien que pour vous” lors de vos rendez-vous, à bâtir les bases d’une relation saine et durable, à laisser le temps à votre partenaire et ses enfants de digérer encore un peu la séparation du couple précédent (et cela prend souvent plus de temps que prévu). Profitez tous les deux de la lune de miel qu’offrent les premiers mois d’une relation avant de passer à l’étape suivante, qui peut parfois être déstabilisante pour un nouveau beau-parent.

2- Eviter autant que possible de trop attendre de la rencontre

Il est facile de fantasmer la rencontre avec les enfants de son amoureux.se et la vie de famille qui va avec. Mais les premiers moments passés ensemble, les premiers échanges ne sont pas toujours simples, fluides et tout roses. Dans Ma Famille recomposée, Bénédicte Magdeleine Vincent prévient ainsi : “Votre imaginaire, conjugué à l’amour que vous portez à leur parent, ne vous rend pas très objectif. Gare à la déception !”

Parfois, les premiers contacts peuvent être de vrais flops : tout le monde va se sentir mal à l’aise, les enfants vont se montrer indifférents voire franchement hostiles, ou – et c’est parfois dur à vivre – vous n’allez pas accrocher avec ses enfants. C’est grave ? Non, humain ! Bénédicte Magdeleine Vincent poursuit ainsi : “Parfois, sans qu’on sache pourquoi, il y a des enfants avec qui ça n’accroche pas. Leur voix, leur attitude générale, leur physique, comment savoir ? Pourquoi devrait-on s’entendre automatiquement avec les enfants de l’autre ? On ne peut pas aimer tout le monde. Tout le monde ne vous aime pas non plus ! (…) on voudrait que le courant passe tout de suite. Cela arrive rarement”.

Le mot d’ordre ? Dédramatiser ! Et se laisser du temps… La confiance et l’attachement mettent du temps à se construire.

3- S’assurer que son partenaire a prévenu son ex que vous alliez rencontrer ses enfants

Vous trouvez cela bizarre ? Peut-être mais c’est nécessaire. Mieux vaut éviter l’effet surprise chez l’autre parent des enfants, qui découvrirait un peu hasard ou une fois la rencontre passée, votre existence ? Et que ses enfants ont passé du temps avec vous ? Vous pensez peut-être que cela ne la ou le concerne pas… Pourtant, mieux vaut éviter l’effet surprise de l’amoureux ou de l’amoureuse qui sort du chapeau ! Le risque est grand qu’il ou elle se braque et entraîne dans son ressenti et sa colère ses enfants, qui par effet de loyauté, ne seront alors pas du tout disposés à vous accepter dans leur vie. 

En parler en amont avec l’autre parent, lui laisser le temps de se familiariser avec l’idée et d’en parler aux enfants va au contraire considérablement simplifier la rencontre. Si le parent finit par accepter l’idée de votre présence et qu’il ou elle se sent à l’aise, les enfants se sentiront alors “autorisés” à vous rencontrer, voire plus tard à vous accepter puis vous “adopter”.

4- … Et qu’il a bien prévenu ses enfants

On prend les mêmes raisons et on aboutit aux mêmes effets : les enfants ont besoin de temps pour accepter l’idée que papa ou maman a une nouvelle amoureuse ou un nouvel amoureux. Ils vont d’abord avoir peur de se voir voler l’amour de leur parent, ils vont avoir besoin d’être rassurés avant de lui être présentés.

Quand lls se montreront suffisamment sereins (certains sont même carrément demandeurs), mieux vaut les prévenir plusieurs jours en amont de la date et des modalités de la rencontre. “On va voir Julie, tel jour, à tel endroit, à telle heure pour faire telle activité et ensuite on rentrera à la maison”. Cela leur permet d’arriver le jour de la rencontre avec un minimum d’incertitudes (la plus grande étant la personne qu’ils vont rencontrer et dont ils comprennent très bien, y compris tout petits, qu’elle va compter dans leur vie.

=> A lire aussi sur le sujet : Famille recomposée: dans la tête (et le coeur) des enfants

5- Apprendre à connaître ses beaux-enfants… avant la rencontre

Posez des questions à votre partenaire sur ses enfants : leurs grands traits de personnalité, et leurs goûts. Cela vous permettra de créer du lien en discutant de choses qu’ils aiment (pour lesquelles ils se montreront peut-être plus volontiers ouverts et volubiles) et d’avoir en tête quelques sujets de conversation à lancer si certains silences durent trop longtemps, 

Enfin, n’hésitez pas à poser des questions sur d’éventuels points sensibles ou autres sujets tabous. On sous-estime beaucoup les dégâts que peut faire une mauvaise blague sur une équipe de foot adorée auprès d’un ado passionné, par exemple. 

N’hésitez pas à demander conseil à votre partenaire. Il connaît très bien ses enfants, il saura vous donner des infos sur les choses à dire ou à ne pas dire, à faire ou à éviter, ce qui vous guidera et vous rassurera certainement.

Et concrètement pour le jour J…

6- Faire court pour cette première rencontre en tant que beau-parent

Les psys déconseillent de partir plusieurs jours pour une première rencontre. Les week-ends et vacances sont peut-être des temps “off” où vous vous sentez plus disponibles pour vous occuper des enfants et faciliter la rencontre mais cela peut paraître très long pour tout le monde. Mais surtout pour les enfants. Quelques heures feront l’affaire : 2-3 pour les premières rencontres seront amplement suffisantes.

7- Trouver un endroit adapté pour la rencontre

Trouver un endroit neutre pour tout le monde, c’est bien pour que tout le monde se sente à l’aise et à égalité (personne n’est chez lui, personne n’est invité). Mais choisir un endroit où l’enfant peut s’isoler s’il le souhaite, c’est bien. Comme pour le point précédent, il vaut mieux garder à l’esprit que cette rencontre va être émotionnellement éprouvante. Peut-être que l’enfant aura besoin de se mettre un peu à l’écart s’il se sent mal à l’aise, fatigué ou triste. Un parc, par exemple, est une bonne idée, surtout pour les jeunes enfants qui pourront bouger et seront plus à l’aise que s’ils sont contraints de rester assis.. L’idéal est de prévoir une solution de repli avec son papa ou sa maman derrière.

8- Eviter de se mêler des règles familiales

Discipline, cadre, rappel des règles… pour les premières rencontres, laissez ça au parent. Observez comment il fait, comment il interagit, mais mieux vaut laisser le rôle du bad cop au papa et à la maman, qui a l’habitude et… la légitimité aux yeux des enfants. Bien sûr, plus tard, vous aurez votre mot à dire mais pour le moment, privilégier l’apprivoisement en douceur est préférable.

9- Cadeau ou pas cadeau ?

Il peut être tentant de venir avec un cadeau pour l’enfant. Effectivement, un “cadeau-clin d’oeil” peut aider à briser la glace tout en montrant à l’enfant que l’on sait déjà des choses sur lui, qu’on s’intéresse à lui et qu’on a envie de lui faire plaisir.

Mais pour autant, cela n’est pas obligatoire et surtout il est déconseillé de le faire à chaque rencontre. Pourquoi ? Parce que les enfants ont vite fait de comprendre qu’on cherche “à les acheter” et certains savent très bien en jouer.

Leur affection n’est pas monnayable, la vôtre non plus. Mieux vaut donc que les cadeaux restent exceptionnels (et sans arrière-pensée).

10- Et ensuite… Savoir se faire oublier de temps en temps 😉

La première rencontre s’est bien passée, peut-être que les suivantes également. La tentation est alors d’accélérer et d’être là tout le temps quand votre amoureux ou votre amoureuse a ses enfants avec lui ou elle (notamment pour les parents qui ont la garde un week-end sur deux). Bien sûr, vous avez envie de passer du temps avec votre partenaire, d’apprendre à connaître ses enfants mais vous pouvez aussi leur donner l’impression de vous imposer et d’étouffer la relation qu’ils ont avec leur parent. Même si tout se passe bien, mieux vaut préserver des temps parent-enfant(s) seuls. Essayez de ne pas vous sentir rejeté.e : les enfants en ont besoin de ces moments privilégiés avec leur parent pour leur équilibre. Ce n’est pas dirigé contre vous. Au contraire, une fois une activité faite avec leur parent en tête à tête, il y a fort à parier qu’ils seront beaucoup plus disposés à vous retrouver et à vous “apprivoiser” (parce que ne l’oublions pas, cela va dans les deux sens).

=> A lire aussi sur le sujet : Ces frustrations que connaissent les beaux-parents et comment les dépasser

Journaliste depuis plus de 20 ans, ancienne rédactrice en chef de Psychologies.com, je m'intéresse depuis toujours aux questions familiales et la psycho au sens large. Je suis moi-même mère et belle-mère et partage ici les meilleurs conseils d'experts pour vivre le plus sereinement possible le quotidien en famille recomposée.