Préparer l'arrivée de bébé en famille recomposée
Famille recomposée,  Trouver sa place

Bébé arrive ? Voici 5 conseils pour préparer les enfants en famille recomposée

S’il faut 9 mois pour faire un bébé, ce temps est rarement de trop pour que des enfants deviennent de futurs grands frères ou grandes sœurs, sereins et heureux que la famille recomposée s’agrandisse. La psychologue Emmanuelle Drouet livre les conseils essentiels pour préparer le terrain et accueillir le bébé dans les meilleures dispositions possibles.

1- Impliquer les enfants de la famille recomposée dès la grossesse

Le conseil d’Emmanuelle Drouet : “Il est important d’impliquer les enfants dans la grossesse, y compris nos beaux-enfants. Leur montrer les échographies, les impliquer dans le choix des prénoms en faisant des listes tous ensemble, leur demander les musiques à faire écouter au bébé, choisir des éléments de déco pour la chambre du bébé, leur demander s’ils ont envie de faire un dessin à accrocher au mur… Le papa a un rôle à jouer dans ces étapes-là, car il est très important de ne pas laisser les beaux-enfants de côté pendant la grossesse. Or ce n’est pas toujours évident dans la tête des belles-mères qui n’ont jamais eu d’enfant… En les impliquant dès le début de la grossesse, on favorise une forme d’investissement qui pourra ensuite favoriser leur attachement au bébé à venir.”

En savoir plus

Emmanuelle DROUET (@peripepsy sur instagram) est psychologue clinicienne depuis 20 ans. Maman et belle-mère, elle vit à Vincennes en famille recomposée.

En parallèle, elle écrit des romans dont le dernier, L’écho des souffrances silencieuses vient de paraître aux éditions Jouvence.

2- Anticiper les désaccords d’éducation

Le conseil d’Emmanuelle Drouet : “Un conseil hyper important mais pas toujours anticipé : avant l’arrivée du bébé, il faudrait pouvoir mettre en place, à la maison, des règles éducatives communes, surtout quand chacun faisait jusqu’à présent un peu comme il voulait avec ses enfants. Il est important qu’il y ait dorénavant des règles communes à respecter par tous les enfants et qui seront celles qui seront enseignées à l’enfant à venir. Le risque ? Qu’il y ait trop d’écart entre vos souhaits pour l’enfant à venir et ce qui a été mis en place jusque-là. Le mieux est d’arriver à modifier doucement les principes éducatifs existants qui ne nous conviennent pas, jusqu’à arriver à des règles acceptables pour tous. L’objectif : éviter que tout change du jour au lendemain, pour les aînés,  à l’arrivée du bébé. Sinon il y a un risque de dissonance cognitive qui est toujours compliquée à comprendre et à vivre pour les enfants.” 

3- Soigner les présentations à la naissance du bébé

Le conseil d’Emmanuelle Drouet : “Une fois que le bébé est là, je recommande d’inviter les enfants à venir le rencontrer à la maternité, même si ce n’est pas leur week-end de garde habituel. Leur présenter le bébé, leur mettre dans les bras, ou simplement permettre un premier contact tôt, c’est important. C’est souvent à ce moment-là que les enfants, même s’ils avaient mal réagi au moment de l’annonce, vont tomber amoureux de ce petit frère ou petite sœur. Ce contact physique va permettre de créer du lien.”

4- De retour à la maison tous ensemble : expliquer la réalité d’un bébé

Le conseil d’Emmanuelle Drouet : “Nos enfants s’imaginent parfois plein de choses sur ce petit frère ou petite sœur qui va rentrer à la maison. Il est donc important de les briefer ou de leur rappeler, une fois de retour tous ensemble à la maison sur le fait qu’il y aura toujours autant de place pour eux dans notre coeur mais qu’en revanche, oui, on risque d’être fatigué.e, qu’un nouveau-né ça pleure beaucoup, qu’au début ça ne fait que manger et dormir et qu’avant de pouvoir jouer au foot avec lui, il va se passer pas mal de temps ! Cela parait anodin, et pourtant… Les enfants ont souvent hâte de jouer / partager ce qu’ils aiment avec le bébé, sans vraiment réaliser le temps que cela va prendre. Pour compenser le fait qu’ils ne peuvent pas jouer avec le bébé, n’hésitez pas à les impliquer au quotidien dans les soins, les activités autour du tout-petit. “Veux-tu donner le biberon” peut faire oublier la frustration de ne pas pouvoir jouer tout de suite avec lui.” 

5- Laisser un espace de parole libre

Le conseil d’Emmanuelle Drouet : “Que ce soit au moment de l’annonce de la grossesse, plus tard pendant la grossesse, ou bien sûr au moment de la naissance, il est important de poser des questions à l’enfant sur comment il voit l’arrivée du bébé, le retour à la maison et la vie tous ensemble. Ou tout du moins, sans chercher à suggérer ses réponses, lui demander comment il se sent. L’intérêt ? Qu’il puisse formuler des choses qu’il ne pourra peut-être pas dire spontanément, sans y être ouvertement invité. Il ne s’agit pas d’être trop intrusif non plus, car les enfants peuvent se renfermer très vite devant trop de questions ou en sentant trop de pression. Je recommande de faire simple, en leur rappelant par exemple en quelques mots : “tu sais, je suis toujours disponible pour t’écouter, si tu as envie de me parler du bébé…”.

A lire aussi sur Les Nichées

Faire un bébé en famille recomposée

Retrouver tous nos articles sur ce sujet dans notre dossier spécial Faire un bébé en famille recomposée