Heureux ensemble

Les 7 étapes de la construction d’une famille recomposée

Si chaque famille recomposée est unique, toutes vont plus ou moins traverser les mêmes grandes étapes dans leur construction. Quelles sont-elles ? Quels rôles jouent-elles chacune ? Où en êtes-vous dans votre propre histoire ? Découvrez ces phases, développées par Chantal St-Hilaire dans son livre Divorce et famille recomposée, mode d’emploi.

1 – La phase utopique

C’est un peu le temps des illusions pour tous les membres de la famille. Sauf que chacun a les siennes propres. Les parents rêvent de reconstruire une famille heureuse, le beau-parent rêve de se sentir à sa place dans la nouvelle famille (et sans y arriver, peine parfois à s’engager complètement dans l’aventure). Et les enfants, quant à eux, n’ont bien souvent pas totalement renoncé à l’espoir de voir leurs parents se remettre ensemble…

2- La phase de la confusion

Nouvelles valeurs, nouvelles règles, nouvelles habitudes… Voici venu le temps des compromis à gogo et des désillusions. Tout le monde est en général perturbé et fatigué par tous les efforts que chacun doit fournir pour s’adapter à la nouvelle situation. Les tensions sont fortes (et les enfants souvent difficiles). Le parent biologique, bien souvent, veut préserver l’harmonie de l’ensemble et s’épuise à la tâche. La tentation d’abandonner peut être forte. Votre famille recomposée va-t-elle pouvoir durer ainsi ?

3- La prise de conscience

Elle arrive par le beau-parent qui va tenter de trouver sa place dans la nouvelle famille. Bien souvent, il va rechercher le soutien du parent biologique pour régler ce qui ne fonctionne pas, pour réclamer ses droits, pour être acteur d’un changement nécessaire. Le hic ? Il est parfois difficile pour le parent biologique, de lui laisser alors la marge de manoeuvre nécessaire, tant il cherche à préserver ses enfants de nouveaux changements potentiellement perturbateurs. 

L’adaptation se fait avec plus ou moins de heurts, alors que les enfants de leur côté trouvent petit à petit leur marque, que ce soit avec leur beau-parent ou au sein de la nouvelle famille.  

Peu à peu, l’harmonie revient.

4- La phase de l’appel du changement

Le parent par alliance a pris sa place et n’hésite plus à se faire entendre : c’est le temps où il s’autorise à manifester ses attentes vis-à-vis de son couple (comme par exemple, passer plus de temps à deux) ou auprès des enfants (avec souvent un peu plus de discipline). 

Les enfants, eux aussi, ont pris leurs marques et n’hésitent plus à faire valoir leur avis. C’est parfois le temps de la rébellion contre la nouvelle configuration familiale (“tu n’es pas ma mère”, “je veux aller vivre avec mon père”).

Et le parent biologique ? Il est toujours tiraillé entre les attentes des uns et des autres et peut se fatiguer des petits conflits et grosses crises qui ponctuent le quotidien.

5- La phase des transformations

C’est un cap important car à ce stade, la nouvelle famille est prêt à mettre en place les changements qui favoriseront une vie et des rapports plus harmonieux. Tout le monde commence alors à bien se connaître et à comprendre le fonctionnement et les besoins des uns et des autres. Les adultes sont toujours garants du cadre et idéalement, c’est à ce stade que le beau-parent peut faire preuve d’autorité, sans passer par le parent biologique. Les règles, les habitudes, la discipline… tout devient plus simple.

C’est souvent le moment où les couples prennent conscience qu’ils ont oublié une chose importante en cours de route : leur couple, justement !

6 – La phase des rapprochements

Chacun ayant trouvé sa place et s’y étant adapté, les interactions sont désormais possibles et se mettent en place naturellement. Les relations beau-parent/beaux-enfants sont apaisées, le quotidien est plus facile à vivre et le parent biologique est de moins en moins déchiré entre son partenaire et ses enfants. 

Dans le cas de familles qui regroupent des fratries différentes, il n’est pas rare que l’impression de 2 clans opposés demeure, tout comme certains conflits. Mais de nouveaux liens familiaux se développent et s’affirment… L’optimisme est de mise.

7- La phase de résolution

Après des années à s’adapter, les membres de la famille peuvent davantage s’autoriser à être eux-mêmes. A ce stade, chaque famille a développé ses propres méthodes pour résoudre les conflits et une histoire commune se crée naturellement, avec ses rituels, ses souvenirs… C’est à ce moment également que chacun peut commencer à voir ou ressentir les avantages et effets positifs de la recomposition.

Le hic ? Il est rare que tous les membres de la famille parviennent à cette dernière étape (et même à toutes les étapes) en même temps. La patience et la compréhension sont donc de mise au cours de ces années pour que chacun progresse à son rythme – lentement mais sûrement – vers une vision et un vécu apaisé de la famille recomposée. Inutile donc de chercher à brûler les étapes : c’est une course de fond pendant laquelle il ne faut pas perdre de vue l’arrivée, pour ne pas être tenté.e de baisser les bras !


A lire : Divorce et famille recomposée, mode d’emploi, de Chantal St-Hilaire (Editions Québecor)

Journaliste depuis plus de 20 ans, ancienne rédactrice en chef de Psychologies.com, je m'intéresse depuis toujours aux questions familiales et la psycho au sens large. Je suis moi-même mère et belle-mère et partage ici les meilleurs conseils d'experts pour vivre le plus sereinement possible le quotidien en famille recomposée.